Critique de livre : « Madoff : Le dernier mot », de Richard Behar

Critique de livre : « Madoff : Le dernier mot », de Richard Behar

Il trouve un humour noir chez Ruth, la veuve de Madoff, dont le degré de complicité reste indéterminé. Behar interroge l'avocat qui tente, jusqu'ici en vain, de lui rendre le lit conjugal à baldaquin – « plus petit qu'un lit queen » – et cite l'agent du FBI dur à cuire qui la réprimande pour avoir fumé. « Ruth, ça va te tuer », dit-il. « Si seulement », répond-elle.

« Pas étonnant que Bernie ne se soucie pas de la prison », dit plus tard l'agent. « Elle ne ferme pas sa gueule. »

Peut-être de manière plus provocante, Behar conteste tout au long du chapitre la caractérisation des clients anéantis de Madoff comme des « victimes », préférant le terme de « perdants ». Après tout, écrit-il, « ces pauvres malheureux avaient engrangé des profits massifs et incroyablement constants sans un mot – souvent pendant des décennies ».

Il a raison de dire que les investisseurs doivent faire preuve de diligence raisonnable. Mais il y a un étrange écho non reconnu avec l'une des critiques préférées de Donald J. Trump, qui rend superficielle la tentative tardive de Behar de présenter Madoff et l'ancien président comme les avatars d'une crise nationale de santé mentale.

Dans une foule nombreuse qui comprend des comptables, des opérateurs de saisie, des secrétaires, des traders, des transfuges, des quants, des fonctionnaires de la SEC, des avocats, des officiers de justice et la chère tante Adèle, aujourd'hui disparue – qui a travaillé avec des neuroscientifiques et réclame un examen médico-légal des replis déformés du cerveau de Bernie – le psychiatre consulté par Behar semble être un invité de dernière minute et quelque peu gênant.

Même avec diverses bizarreries et secousses, « Madoff: The Final Word » résume une histoire aux proportions mythiques à un bol plein de pépites d'or. Si c'est la première fois qu'on vous sert, tant mieux.

A lire également