Stanley Moss, poète qui a évoqué un monde troublé, décède à 99 ans

Stanley Moss, poète qui a évoqué un monde troublé, décède à 99 ans

« Quand j’ai commencé à vendre des œuvres d’art, je n’avais ni argent ni formation », a-t-il déclaré à Dylan Foley en 2005 pour un blog intitulé The Last Bohemians. « J’ai un don pour dénicher les maîtres anciens. J’ai découvert des tableaux qui sont maintenant exposés au Louvre et que j’avais achetés gratuitement. Il faut du goût et de l’intelligence. »

« Comment concilier ma carrière de poète et de marchand d’art ? J’ai l’avantage de ne pas devoir beaucoup dormir. »

M. Moss n’était pas connu au niveau national. Mais il a gagné des milliers de fans dévoués avec ce que les critiques ont qualifié d’observations exquises, émouvantes et souvent douloureuses en vers libres sur le monde naturel, la mort de ses amis, l’Holocauste et d’autres sujets. Nombre de ses livres ont été traduits en allemand, en espagnol, en italien ou en chinois, et les lecteurs ont été attirés par ses confrontations avec un Dieu qu’il jugeait inconscient de l’humanité. Dans « Winter Flowers », extrait de « Almost Complete Poems » (2016), il écrit :

Un jour, mes amis et moi sommes sortis dans la neige profonde du paradis
Avec les Saint-Bernards et les Montagnes des Pyrénées
Pour retrouver ceux qui sont perdus dans le blizzard que Dieu a créé pour Lui-même
Parce qu’il préfère ne pas voir ce qui se passe sur terre.

«« Moss peut ou non être qualifié à juste titre de poète religieux », a écrit la poétesse britannique Carol Rumens dans The Guardian en 2015. « S’il est un poète religieux, il fait partie de ces rares poètes irréligieux, fermement de ce monde dans ses plaisirs et ses chagrins vifs, harcelant joyeusement Dieu d’un mythe à un mythe insatisfaisant, d’une dénomination à une autre, fasciné par tout le sujet de la divinité mais ne s’attendant guère à une prise ou à une mise à mort. »

Dans « A History of Color: New and Collected Poems » (2003), qui couvre quatre décennies de son travail dans des contextes tels que Pékin, New York, la Grèce antique, l’Italie moderne et la Jérusalem des Arabes et des Juifs, M. Moss a lancé des défis à Dieu en réponse aux attentats terroristes meurtriers du 11 septembre 2001. Dans son poème « Creed », inclus dans ce recueil, il a écrit :

Je ne crois pas aux esprits des morts
Sont plus proches de Dieu que les vivants,
Je ne prends pas non plus dans mon cœur
Ubuntu, le mot chrétien
Cela enseigne la réconciliation
Des meurtriers, des tortionnaires, des complices,
Avec des victimes encore en vie.

« En un sens, Moss écrit le même poème depuis plus de 40 ans – des méditations elliptiques qui prennent le moi comme point de départ d’une autobiographie intellectuelle », écrit JT Barbarese dans sa critique de ce livre parue dans le New York Times. « Moss parle constamment au passé. Pourtant, le mot le plus souvent répété dans ces 250 pages est Dieu, et le fait que le Dieu de Moss soit le Dieu des incroyants suggère que la meilleure poésie religieuse naît toujours du désir plutôt que de la conviction. »

A lire également