Gabrielle Zevin aime Edith Wharton, mais pas « Ethan Frome »

Gabrielle Zevin aime Edith Wharton, mais pas « Ethan Frome »

C'est une question terriblement personnelle ! En tant qu'auteur, je parle effrontément de livres depuis des années, mais j'ai toujours l'impression que la lecture devrait être un peu privée. Mais d'accord. Pour mon aventure du soir, je préfère un livre de poche, même si en ce moment je lis quelque chose d'aussi lourd qu'un manuel, un roman graphique terriblement intelligent intitulé « Acting Class », de Nick Drnaso. J'ai également deux livres reliés dans ma pile : « Enter Ghost », d'Isabella Hammad et « The Fraud », de Zadie Smith.

Les vieux objets sont repoussés au second plan lorsque les nouveaux arrivent. Quand il y a trop de monde, je les donne à la Petite Bibliothèque gratuite près de chez moi. Mon partenaire et moi aimons compter le nombre de jours qu'il faut à quelqu'un pour accepter nos offrandes.

J'ai 8 ans. Personne ne veut rien de moi et je n'ai rien d'autre à faire que lire. Peut-être que je lis « Anne… la maison aux pignons verts ». Le temps s'étend pour toujours.

Personnage. Quand un écrivain dévoile une personne dans toute sa complexité. Je suis ému par l'effet du temps sur les personnages et par la manière dont les personnages, comme les humains, se méprennent sur eux-mêmes et sur leurs motivations.

J'adore Edith Wharton, « The Age of Innocence » et « The House of Mirth » sont tous deux favoris. Je n'avais jamais lu « Ethan Frome » jusqu'à il y a quelques mois. Avec tout le respect que je dois au fantôme d’Edith Wharton, « Ethan Frome » c'est assez épouvantable. Cela ne me fait pas moins estimer Wharton. Au contraire, j'y trouve du réconfort, en tant que romancier.

Souvent, je ne termine pas les livres. J'aime entrer et sortir des choses. Ce n'est pas nécessairement la faute du livre. Cela dit, je ne critiquerai jamais publiquement un livre que je n'ai pas terminé. Cela fait partie de mon code moral.

J'ai lu successivement « Le Chant de Salomon » et « L'Homme invisible » lorsque j'étais au lycée. Judith Beiner, ma professeure d'anglais, avait beaucoup de goût. Ces deux romans m'ont ouvert aux possibilités de ce qu'un roman pourrait faire, quand et si jamais j'entreprenais d'en écrire un moi-même.

J'ai été surpris en train de lire l'exemplaire de « Hollywood Wives » de mes parents à l'école, et mon professeur a dit qu'il pensait que ce n'était pas pour moi. La semaine suivante, j'ai lu « La plainte de Portnoy » et le professeur s'est également opposé à celui-là. Il a mentionné mes choix de lecture à mes parents lors d'une conférence parents-enseignants, et mes parents ont dit qu'ils ne censuraient pas ce que je lisais. Je suis reconnaissante que ce soient mes parents, car s'ils ne l'avaient pas été, je ne serais peut-être pas devenu romancier.

J'aime les jeux parce que ce sont des jeux. Je ne veux pas que ce soient des romans. Il n’y a pas si longtemps, cependant, je jouais à une série de jeux de simulation occasionnels appelés « Hungry Hearts Diner ». Le gameplay et les graphismes sont assez simples. Il s'agit d'une femme plus âgée qui dirige un restaurant au Japon, et j'ai pensé que cela me rappelait un peu « Mille grues » de Yasunari Kawabata.

Peut-être quand « Demain » était sur « Jeopardy ! » ? C'était la question à 1 000 $, donc pas une question facile. La candidate n’a pas bien compris, même si elle s’en est approchée. Il lui manquait un « et » dans le titre.

D’un autre côté, il arrive parfois que des étrangers insistent sur le fait que j’ai dit, fait ou cru des choses que je n’ai pas dites, faites ou crues. Avec un certain niveau de réussite, on prend davantage conscience qu’Internet est plein d’absurdités.

Quand je tombais sur un roman qui me plaisait beaucoup, je le lisais de manière répétée, obsessionnelle. J'ai aimé essayer de comprendre. Je fais encore ça maintenant quand j'ai le temps. Je ne pense pas qu'on puisse vraiment connaître un livre avant de l'avoir lu au moins deux fois.

Pour moi, ce n'est pas tant la qualité du livre qui compte, mais plutôt les objectifs de l'auteur. Un livre est né ! Est-ce que cela suit les conventions d’un genre particulier ? Félicitations, vous avez un roman commercial ! Semble-t-il exister en dehors ou entre les genres, ou bouleverse-t-il les attentes des genres ? Le langage est-il purement communicatif ou est-il déployé de manière plus compliquée ? Selon la façon dont vous avez répondu à ces questions, votre livre pourrait très bien être littéraire et sa vie sera plus difficile.

« The Appeal » de Janice Hallett est très amusant si vous aimez le théâtre communautaire et les sociopathes. J'ai survolé « Good Material » de Dolly Alderton. Évidemment, « Grief is for People » parle de chagrin, mais Sloane Crosley ne peut s'empêcher d'être très drôle.

J'ai pleuré pour Maeve, Danny et tous les autres membres de «The Dutch House». C'est un roman brillant à tous points de vue.

La « fureur » n'est-elle pas l'émotion déterminante de notre époque ? Beaucoup de choses me rendent furieux, mais les livres en font rarement partie. Je pense au chapitre virtuose du « Bien-être » de Nathan Hill qui traite de la façon dont Internet favorise l'indignation et la division.

Je suppose que les morts sont réanimés pour ce dîner. Ce n'est pas, je l'espère, une situation de « week-end chez Bernie ». Ce n'est pas vivre Celeste Ng, vivre Emma Straub et vivre Tayari Jones et le corps exhumé d'Edith Wharton. « Devinez quoi, les amis ? Nous dînerons ce soir avec un cadavre très littéraire. . Personne ne dit à Edith ce que j'ai dit à propos d'Ethan Frome.

A lire également