Critique de livre : « Voyager », d'Ann Powers

Critique de livre : « Voyager », d'Ann Powers


Combien de chanteurs ai-je écouté en boucle pendant des années avant que jouer de la musique « en boucle » ne nécessite un simple clic de souris ? Bob Dylan. Pierre sournoise. Nina simone. Aretha Franklin. Joni Mitchell. Je joue moins la musique de James Brown que je ne l'ai fait, mais j'aime plus que jamais celle de Prince, en particulier sa reprise de « A Case of You » de Mitchell. Il y avait des moments où la mélancolie des chansons de Mitchell (même les plus « joyeuses ») faisait trop écho à la mienne. Mais j'en ai fini avec ça maintenant. Mon préféré de ses albums, « Blue », et Los Lobos faisant « Nothing Can Be Done » et la version de Lana Del Rey de « For Free » me surprennent et m'émeuvent toujours, peu importe la fréquence à laquelle je les entends.

Les lecteurs attentifs remarqueront que j'ai commencé la critique d'un livre sur Joni Mitchell en en disant plus sur moi et Joni Mitchell que sur le livre. Cela peut être une conséquence de la lecture de « Traveling : On the Path of Joni Mitchell » d'Ann Powers, une méditation très personnelle, voire confessionnelle, de plus de 400 pages sur la vie et l'œuvre de Mitchell – et ce que cela signifie pour Powers.

Utilisant la chronologie comme principe d'organisation vague, « Traveling » retrace l'évolution et les expérimentations continues de Mitchell en tant que musicienne, sa persévérance, ses romances, l'époque à laquelle elle a vécu et des dizaines d'autres sujets qui viennent à l'esprit de Powers – un critique musical dont les livres incluent  » Good Booty : amour et sexe, noir et blanc, corps et âme dans la musique américaine »(2017). Apparemment non filtré, le nouveau livre mélange des récits des étapes de la carrière de Mitchell et des lectures approfondies de ses paroles avec des digressions sur les expériences, les souvenirs et les opinions de l'auteur. Elle rend compte (et révise) de ses idées sur le féminisme, le genre, le succès, le jazz, le business de la musique, les livres, les films, la politique et bien d'autres sujets tout en suivant une association adjacente à Joni-Mitchell avec une autre.

Dans une introduction, Powers précise qu’elle n’est pas une biographe mais plutôt « une sorte de cartographe… établissant des lignes destinées à guider les autres le long des trajectoires d’artistes qui ont toujours une longueur d’avance sur moi ». À son honneur, elle avertit les lecteurs de ne pas s'attendre à ce que ce chemin soit étroit : « J'ai dû adopter une nouvelle façon d'écrire qui faisait place aux lacunes, aux incohérences et aux contradictions. »

A lire également