Critique de livre : « Pink Slime », de Fernanda Trías, traduit par Heather Cleary

Critique de livre : « Pink Slime », de Fernanda Trías, traduit par Heather Cleary


Le deuxième roman de l'écrivaine uruguayenne Fernanda Trías à être publié en anglais, « Pink Slime » — qui a remporté plusieurs prix littéraires en Uruguay et est élégamment traduit ici par Heather Cleary — est une histoire de peste bien imaginée, souvent poétiquement belle.

L'histoire se déroule dans une petite ville côtière où une catastrophe environnementale s'est produite. Une prolifération d'algues dans l'océan qui a rendu les eaux rouges s'est propagée dans l'air, se transformant en un vent toxique qui apparaît régulièrement et efface toutes les créatures vivantes sur son passage. Dans la ville sinistre et semi-abandonnée qui reste, même les oiseaux ont disparu. Malgré la tragédie, notre narratrice, une femme anonyme, reste obstinément l'un des rares résistants à rester en ville après que la plupart de la population ait fui vers la sécurité relative de l'intérieur du pays.

Depuis quelque temps, avant même la floraison, les habitants de la ville basent leur régime alimentaire sur un produit à base de viande extrudée mélangée à de l'ammoniaque, un profil que les lecteurs américains reconnaîtront peut-être grâce à une controverse réelle survenue en 2012. Cette bave rose, appelée « Meatrite » dans le roman, est depuis longtemps fabriquée pour la consommation des habitants, d'abord dans une vieille usine voisine, puis dans une usine de remplacement plus récente et plus performante, très vantée par le gouvernement. Bien que cela ne soit jamais précisé, un lien de cause à effet possible entre la transformation des animaux en bave rose et l'apparition de la marée rouge plane en arrière-plan.

Lorsqu'elle ne cherche pas de nourriture, la narratrice s'occupe de Mauro, un garçon atteint d'un trouble chromosomique rare (vraisemblablement le syndrome de Prader-Willi, bien qu'il ne soit jamais nommé) – ce qui, en plus de retarder de façon permanente son développement cognitif, le maintient ainsi. vorace qu'il mange de façon compulsive. Elle alterne ses soins avec des visites à son ex-mari suicidaire et vaguement sadique, Max, vers qui elle est attirée comme « par un élastique » qui la ramène constamment dans son étreinte froide. Ayant délibérément marché dans le vent toxique, Max croupit dans le service de maladies chroniques d'une clinique voisine, ni exactement en phase terminale ni apte à être libéré. Pendant ce temps, l'irritante mère du narrateur a également choisi de s'attarder dans le quartier, louant un manoir abandonné dans un quartier chic de la ville, peu éloigné du modeste appartement du narrateur.

A lire également