Critique de livre : « Le fils de l'Empire, l'orphelin de l'Empire », de Nile Green

Critique de livre : « Le fils de l'Empire, l'orphelin de l'Empire », de Nile Green


« L’Est est une carrière », écrivait Benjamin Disraeli dans son roman « Tancred » de 1847, deux décennies avant de devenir Premier ministre du Royaume-Uni. Ce dicton était vrai pour des générations d’officiers coloniaux et d’érudits fanfarons, de Richard Francis Burton à Lawrence d’Arabie.

Au déclin de l'Empire britannique, cela semblait également vrai pour quelques « orientaux » entrepreneurs qui se sont enrichis en distribuant des bribes de sagesse éternelle à des lecteurs occidentaux convaincus de la faillite spirituelle de leur propre culture. En 1959, « Le Prophète » de Khalil Gibran avait vendu son millionième exemplaire et VS Naipaul avait publié « Le Masseur mystique », une satire affectueuse du gourou escroc.

« Empire's Son, Empire's Orphan » de Nile Green est une biographie d'Ikbal Shah et de son fils Idries, l'auteur le plus célèbre du best-seller contre-culturel « The Sufis ». Green montre comment, à force de travail acharné, de fraude éhontée et de maîtrise des « énergies occultes de l'identité », Au cours du XXe siècle, le père puis le fils sont devenus des experts reconnus de l’Orient en général et de l’Afghanistan en particulier, contribuant à façonner la façon dont ces lieux étaient perçus des deux côtés de l’Atlantique.

En fait, il est peu probable qu'Ikbal ou Idries aient jamais mis les pieds en Afghanistan, un pays qu'ils ont tous deux décrit comme un Shangri-La de nobles guerriers, de sages mystiques et de trésors légendaires. Ils avaient cependant un lien familial avec ce lieu : un ancêtre du XIXe siècle avait combattu aux côtés des Britanniques pendant la première guerre anglo-afghane et avait été récompensé par un domaine dans le Raj.

Ikbal Shah grandit dans cette cité, juste au nord de Delhi, mais fut envoyé à Édimbourg pour y étudier la médecine en 1913 (il n’obtint jamais son diplôme). Il épousa une Écossaise et publia un recueil de poèmes en prose intitulé « Eastern Moonbeams », mettant à profit sa personnalité littéraire pour devenir membre de la Royal Asiatic Society et être publié dans le magazine de TS Eliot, The New Criterion. Il s’infiltra également dans les cercles extérieurs de la politique impériale, écrivant des récits de voyage alarmistes (et en grande partie fictifs) sur les empiètements bolcheviques dans le Haut-Hindou Kouch.

Green, historien de l'Asie du Sud et de l'Islam, suit Ikbal à travers les archives coloniales britanniques, qui enregistrent ses tentatives incessantes pour se faire embaucher comme gentleman propagandiste (la loyauté envers l'empire était un trait familial déterminant).

Il existe trop de témoignages de candidatures refusées, mais le scepticisme du gouvernement britannique à l'égard d'Ikbal est d'une lucidité charmante : « Des doutes ont été exprimés » quant à « l'authenticité de sa nationalité afghane ». Mais l'establishment a gardé Ikbal près de lui ; pendant la Seconde Guerre mondiale, le service indien de la BBC (dirigé par George Orwell) l'a payé pour donner des conférences sur l'islam et la démocratie.

Idries a grandi à Oxford et a été l'assistant de recherche de son père. Lui aussi s'est forgé une identité orientale flamboyante, s'est fait de puissants amis littéraires et a écrit des livres portant des titres tels que « Un scorpion parfumé ». Il s'est également intéressé à l'occultisme, au folklore et à la politique néo-impérialiste farfelue.

Mais il fut l’auteur qui connut le plus grand succès. Ses livres les plus populaires concernaient une espèce de sages qu’il appelait Soufis – « une ancienne franc-maçonnerie spirituelle », selon les mots du poète Robert Graves, qui a écrit une introduction aux « Soufis » qui a contribué à faire du livre un best-seller. (Un autre partisan était la romancière Doris Lessing, alors au sommet de sa renommée. Son adoration pour Shah, selon le récit de Green, est franchement embarrassante.)

Ikbal et Idries sont des sujets délicats à décrire dans une biographie. Ils n’ont pas tenu de journal et n’ont laissé qu’une correspondance éparse, dans laquelle on sent encore qu’ils jouent un rôle. Green fait un usage impressionnant des archives gouvernementales, mais on n’a jamais une idée intime de leurs pensées ou de leur vie de famille. On ne sait pas non plus grand-chose d’eux en tant qu’écrivains. Green cite avec parcimonie, peut-être parce que ses deux sujets étaient au mieux des stylistes profanes. Gore Vidal a un jour fait remarquer que les livres d’Idries étaient « beaucoup plus difficiles à lire qu’à écrire ».

Green a également du mal à déterminer quelle histoire plus vaste est éclairée par les inventions personnelles en série du père et du fils. Il trouve une ironie historique dans le fait que les soufis d’Idries étaient à la mode en Occident alors que les vrais soufis étaient persécutés en Orient – ​​principalement par les wahhabites d’Arabie saoudite – mais cela semble fragile, car « Les soufis » n’a presque rien à voir avec les soufis (les illuminati du Shah ne lisent pas le Coran et leurs paraboles sont des remèdes miracles pour les manuels de développement personnel).

Green suggère également que la vie et les écrits d'Ikbal constituent un effort admirable pour créer une compréhension mutuelle entre l'Orient et l'Occident. Mais c’est difficile à créditer. Comme Green lui-même le montre, l’expertise d’Ikbal était un tissu de fabrications, et ses compatriotes musulmans, dans la mesure où ils y prêtaient attention, « le considéraient comme totalement indigne de confiance ».

Il est probablement préférable de comprendre les Shahs non pas en relation avec la géopolitique, mais comme des études de cas colorées dans la vente de la contre-culture. Ikbal était un immigré militant et Idries un homme d'affaires avisé : l'éthique du travail est probablement la chose la plus précieuse dont il a hérité.

Ce que Idries a déclaré à un intervieweur pour Psychology Today est plus révélateur que les koans idiots de ses livres : le soufisme « rend une personne plus efficace ».


A lire également