On ne l'oublie plus : Ursula Parrott, auteure à succès et porte-parole de la femme moderne

On ne l'oublie plus : Ursula Parrott, auteure à succès et porte-parole de la femme moderne

Cet article fait partie de Négligéune série de nécrologies sur des personnes remarquables dont les décès, à partir de 1851, n'ont pas été rapportés dans le Times.

Selon Ursula Parrott, le bonheur n'a jamais été aussi difficile à atteindre pour les femmes qu'au cours de sa vie. C'est un thème central de son écriture ; de 1929 jusqu'à la fin des années 1940, elle a publié 20 livres et plus de 100 nouvelles, articles et romans-feuilletons, dont 10 films ont été adaptés.

En les lisant aujourd’hui, on tombe sur des discussions directes et toujours d’actualité sur le mariage et le divorce, le sexe et ses conséquences, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et l’épuisement professionnel des femmes de carrière, ainsi que les défis liés à l’éducation des enfants à une époque où de nombreux hommes se sentaient libérés du fardeau de la paternité et où de nombreuses femmes étaient attirées – ou poussées, selon la façon dont on voit les choses – vers la vie en dehors du foyer.

La plupart des récits de Parrott se déroulent à New York et sont écrits avec l'esprit, la franchise et le style qui caractérisent les écrivains américains les plus connus de l'ère du jazz. Elle était, à son époque, l'une des auteures les plus lues et les mieux rémunérées d'Amérique, ainsi qu'une personnalité publique redoutable dont le nom apparaissait régulièrement dans les journaux.

Katherine Ursula Towle est née le 26 mars 1899 dans le quartier de Dorchester à Boston de parents catholiques irlandais. Son père, Henry Charles Towle, était médecin et sa mère était Mary Catherine (Flusk) Towle.

Kitty, comme on l'appelait, a fréquenté la Girls' Latin School de Boston, puis le Radcliffe College, où elle a obtenu un diplôme en anglais en 1920. Elle a travaillé comme journaliste jusqu'en 1922, date à laquelle elle a déménagé à Greenwich Village et s'est enfuie avec Lindesay Marc Parrott, qui est devenu correspondant étranger pour le New York Times.

L’année suivante, le fils unique des Parrott, Marc, naît. Après une longue séparation, les Parrott divorcent en janvier 1928 et Ursula se retrouve mère célibataire et autonome. « Lorsque je me suis séparée de mon mari, raconta-t-elle au Los Angeles Times en 1931, j’étais perdue. Je pensais que mon cas était inhabituel, mais j’ai découvert, lorsque j’ai trouvé un emploi, qu’il y en avait des centaines comme moi. Il me semble que la divorcée est l’un des phénomènes modernes, l’un des nouveaux produits de l’époque. Elle est si nouvelle qu’elle ne sait pas encore très bien quoi faire d’elle-même, et les gens ne savent pas non plus quoi penser d’elle. »

Après avoir travaillé comme rédactrice de publicités pour des grands magasins, elle emprunte de l'argent à un ami et décide de devenir écrivain. Son premier roman, un roman semi-fictionnel intitulé « Ex-Wife », (1929), récemment réédité par McNally Editions aux États-Unis, est une délicieuse redécouverte. C'est un récit édifiant, plein d'esprit et de style, écrit du point de vue d'une femme sur la vie dans la ville hédoniste de New York à une époque de changement culturel important, centré sur le mariage précoce, l'infidélité, le divorce, l'autosuffisance et le remariage. Il regorge de frustration, d'épuisement, de conflits et de déceptions car il offre des représentations du sexe (consensuel ou non) et de ses conséquences, y compris une puissante scène d'avortement.

« Ex-Wife » a apporté à Parrott (son deuxième prénom, Ursula, était le nom de plume choisi par son éditeur, Harrison Smith) un succès immédiat à un moment extraordinaire : son premier gros chèque de paie a coïncidé avec le krach boursier d’octobre 1929. Bien qu’un critique du Times ait qualifié le roman de récit à la manière de « True Confessions », il lui a également attribué le mérite d’avoir apporté une « nouvelle étiquette descriptive au langage américain » : « ex-femme ». Il n’est peut-être pas surprenant qu’une femme, Florence Haxton du New York Herald Tribune, ait pris le roman plus au sérieux : elle a écrit dans sa critique que le roman de Parrott était « une présentation pleine d’esprit de toute une classe de femmes métropolitaines modernes » et qu’il était rempli de « convictions profondes sur la vie et l’amour ».

Hollywood a fait appel à elle et a transformé « Ex-Wife » en « La Divorcée » (1930), un succès au box-office qui a valu à Norma Shearer son seul Oscar, celui de la meilleure actrice. Parrott a été embauchée par des studios de cinéma à New York et à Los Angeles, où elle a adapté des histoires et écrit des traitements et des scénarios originaux pour des stars comme Clara Bow, Gloria Swanson et Claudette Colbert, tout en travaillant avec l’éminent agent littéraire George Bye sur sa carrière d’éditrice : romans, nouvelles, feuilletons de magazines et récits non romanesques. Elle a également élevé son fils (avec l’aide de sa sœur célibataire, Lucy Towle, qu’elle a soutenue dans une propriété de campagne du Connecticut, à quelques minutes en train de Manhattan) et a donné d’innombrables interviews sur les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées dans le monde moderne – en particulier les femmes de carrière et les mères célibataires.

En 1931, elle déclarait au magazine de cinéma Screenland : « Je pense que c'est l'âge le plus difficile pour une femme d'être heureuse. Non seulement une femme doit être une combinaison de Madone et de Cléopâtre, mais elle doit souvent être une femme d'affaires, partageant 50 % du fardeau économique avec son homme, ainsi qu'une assez bonne athlète, une auditrice parfaite et – si elle espère garder son homme – elle doit aussi jouer la carte de la « vigne collante ». »

Étant donné la renommée, la fortune et le bagage littéraire de Parrott, il n’est pas surprenant que sa vie privée ait fait la une des journaux. Sa notoriété conjugale (trois autres mariages, avec Charles Greenwood, John Wildberg et Alfred Coster Schermerhorn, se sont soldés par un divorce) rivalisait souvent avec ses réalisations, comme la création du Connecticut Nutmeg, un hebdomadaire rural, avec le journaliste et fondateur de l’American Newspaper Guild, Heywood Broun, et d’autres voisins lettrés. Elle a également parcouru le monde, une fois pour un long voyage de collecte d’histoires en Russie ; elle a volé avec le Civilian Air Corps pendant la Seconde Guerre mondiale ; et, peut-être le plus important pour elle, elle a fait étudier son fils à Harvard.

Au milieu et à la fin des années 1940, Parrott a connu des difficultés financières, mentales et physiques, même si elle continuait à publier et à réfléchir au deuxième changement générationnel d’après-guerre dont elle était témoin de son vivant. Sa dernière histoire est parue dans le magazine Redbook en novembre 1947. Elle avait toujours été une dépensière insouciante et généreuse avec son entourage, jusqu’à dilapider la totalité de la fortune qu’elle avait gagnée en essayant, sans succès, de respecter les délais d’écriture et de rembourser ses dettes.

Elle a été victime de scandales. En 1942, elle a eu une liaison très médiatisée avec le soldat Michael Neely Bryan, qui attendait son procès pour possession de marijuana, lorsqu'elle l'a fait sortir d'une caserne militaire pour une soirée en ville. Cela a conduit à un tribunal militaire et à deux inculpations fédérales (Parrott a été accusée d'activités subversives et d'incitation de Bryan à déserter). Bien que Parrott ait été déclarée non coupable, ce fut le début d'une série de malheurs qui ont fait la une des journaux.

Parrott avait longtemps lutté contre l'alcool : il fréquentait une série de bars clandestins de Greenwich Village, puis accusait la bouteille d'être responsable de ses mauvaises décisions et jurait de renoncer à l'alcool « pour toujours », comme tant d'autres membres de la génération perdue qui utilisaient l'alcool comme analgésique.

Dans la postface de la réimpression de 1989 de « Ex-Wife », le fils de Parrott, Marc, décrit la mort de sa mère « dans un service de charité d'un hôpital de New York, d'un cancer heureusement rapide, en 1957, à l'âge de 58 ans. » Elle a été enterrée, aux côtés de ses parents, au cimetière Holyhood dans le quartier de Chestnut Hill à Brookline, Massachusetts, à l'extérieur de Boston.

Malgré l'abondance de la presse consacrée à Parrott et à sa carrière littéraire enviable, aucun journal américain ne semble avoir publié sa nécrologie. Elle a subi le sort de nombreuses femmes écrivaines de son époque, considérées à tort comme des écrivaines produisant des romans romantiques pour des lectrices peu avisées.

Parrott était avant tout une observatrice perspicace des sables mouvants sous les pieds de femmes comme elle, intelligentes, ambitieuses et aventureuses, mais aussi des navigatrices ratées dans un monde nouveau et courageux dans lequel les chances semblaient s’amenuiser contre leur bien-être et leur succès continu. Dans son avant-dernière publication, le feuilleton de 1946-47 de Redbook « Of Course, She’s Older », Parrott fait valoir ce point très personnel à travers un dialogue délivré par une rédactrice en chef d’un magazine à sa nouvelle employée : « Personne ne peut deviner à quel point les femmes qui réussissent peuvent être seules, sauf les autres femmes qui réussissent. »

A lire également