Nouveaux livres de fiction historique : chasses aux sorcières, temps de guerre et meurtres mystérieux

Nouveaux livres de fiction historique : chasses aux sorcières, temps de guerre et meurtres mystérieux

L'île de Berggrund n'est qu'à une heure de navigation du continent, mais en 1825 ses habitants superstitieux sont aussi détachés des grands courants de la vie suédoise qu'ils l'étaient 150 ans plus tôt, lorsque le prêtre de la communauté ordonna que la plupart de ses femmes soient mises à mort pour sorcellerie. . Le premier roman obsédant d'Anna Noyes, , explore les sinistres effets de cet héritage sur les deux filles de Silas, l'actuel pasteur de l'île, descendant de l'une des rares femmes épargnées.

Ulrika n'a que de faibles souvenirs de sa mère, décédée en donnant naissance à Bea. Et les deux filles ressentent le froid du chagrin étrangement ressenti de Silas : « Le père de Bea ne lui a jamais dit qu'il l'aimait et elle ne sait pas comment le faire sourire. » Livrés à eux-mêmes, ils explorent les champs et les criques de Berggrund, apprenant les traditions de la nature auprès d'un voisin et grâce à un livre en cuir rouge transmis de génération en génération de femmes locales. À mesure qu’ils grandissent, ces activités attisent la paranoïa de leur père. Convaincu que le Diable est revenu, il se demande si « depuis toujours j'ai eu deux serpents, lovés dans les lits de ma maison ».

La Jeune Fille Bleue du titre du roman est une île voisine – « un royaume parallèle, un monde caché » – inhabitée, sauf par les mythes entourant les sacrifices des sorcières disparues depuis longtemps dans « le pré de minuit de Satan ». Parce qu'elle était continentale, la mère des filles est liée à ce passé, mais ce n'est que lorsque Bea se mariera et deviendra mère que les secrets de sa famille seront pleinement révélés. À ce moment-là, bien sûr, le mal est déjà fait.

Les dégâts au cœur du thriller historique de Graham Moore sont d’ampleur mondiale. Nous sommes en 1939, alors que les États-Unis sont toujours en marge de la Seconde Guerre mondiale, et Ansel Luxford, un avocat fiscaliste de Minneapolis, a été recruté pour rejoindre la division de recherche du département du Trésor à Washington, DC. Officieusement, il doit faire partie d'un profond effort clandestin « pour assommer l’économie allemande sans donner l’impression que nous choisissons notre camp ». Si lui et ses collègues réussissent, l’armée nazie sera paralysée.

Aussi difficile que cela puisse paraître, une intrigue tendue émerge du monde de la comptabilité en partie double, des obligations d’État et du contrôle des prix. Il y a même un génie maléfique : le chef de la Reichsbank, Hjalmar Schacht, « le sorcier noir de la finance mondiale », qui a réussi à monter une énorme opération de guerre « à partir de… rien ». Le génie aristocratique du côté britannique, John Maynard Keynes, s’avère problématique d’une autre manière. Et puis il y a le groupe pro-fasciste au sein du Département d’État, qui travaille discrètement à saboter les efforts anti-allemands du Trésor. Les rumeurs selon lesquelles un espion soviétique serait intégré au sein même du département de recherche sont également troublantes.

Dans ses notes d'auteur, Moore présente les véritables personnes qui ont inspiré son roman ainsi que les sources, enfouies dans les dossiers du Département du Trésor, qui lui sont parvenues via 700 photographies de téléphones portables. Luxford, semble-t-il, était une figure semblable à celle de Zelig dans cette guerre économique. « Il n'était pas célèbre », écrit Moore. « Il n'était même pas connu. » Mais c’est ce qui l’a rendu irrésistible en tant que sujet, permettant à son histoire « de glisser entre le reportage factuel et le portrait romanesque ».

Les personnages centraux du film ont également été ressuscités des livres d'histoire, bien qu'ils aient vécu à 1 200 ans d'intervalle. SJ Rozan et John Shen Yen Nee ont pris le magistrat du VIIe siècle Di Ren Jie (connu sous le nom de Sherlock Holmes de Chine) et l'intellectuel mandchou Lao She (connu sous le nom de Charles Dickens de Chine) et les ont réinventés comme une équipe de détectives confrontés une série de meurtres dans le Londres des années 1920. Il se trouve que les victimes étaient des travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale. Et l'arme du crime était une épée papillon volée, inventée par les moines du temple de Shaolin.

L'enquête qui suit est un glorieux mélange de fanfictions (avec des coups de chapeau à Robert van Gulik et Arthur Conan Doyle), de prouesses en kung-fu (Dee pourrait facilement jouer dans un film d'arts martiaux) et de commentaires sociaux amusants (« The British « , remarque Dee dès le début, « sont étrangement vulnérables au charme »). Ezra Pound fait des apparitions, tout comme Bertrand Russell, chargé de réunir ces deux messieurs – dans une cellule de prison remplie d'agitateurs politiques.

Lao She, un romancier en herbe qui enseigne le chinois dans une université britannique, est le Dr Watson, parfois désemparé, de la version érudite et fumeuse d'opium de Holmes du juge Dee. Dee, qui est associé à la mission chinoise à Genève, déteste la nourriture et les prétentions britanniques. Pourtant, il se réjouit d'un plan visant à pousser la police métropolitaine à l'action en cooptant un méchant de la scène du crime britannique – se faisant passer pour Spring'eel Jack, la Terreur de Londres, avec une grande cape, un masque terrifiant et un Cockney convaincant. accent : « Les flics ne pensent pas que leur mort vaut la peine d'être écrite dans un journal. Aucun Chinois n’est sur le point de les convaincre du contraire. Mais je parie qu'ils écouteront Spring'eel Jack !

A lire également