Critique de livre : « Shadow Men », de James Polchin

Critique de livre : « Shadow Men », de James Polchin

Interrogé sur l'affaire, Arthur Conan Doyle lui-même a déclaré qu'il s'agirait d'un « mystère Sherlock idéal » mais qu'il « limiterait son attention à la seule famille Ward, laissant le meurtre lui-même se dévoiler une fois le mystère du chantage résolu ». Polchin consacre ensuite un chapitre entier à la descente de Conan Doyle dans le spiritualisme et les séances (il prétend avoir contacté Peters au-delà du voile) et à sa rupture avec Harry Houdini. Engagant, certes, mais la construction du monde se fait au détriment de l’élan narratif.

C’est frustrant car, avec ses couches de tabous et son spectacle public, l’affaire semble, un siècle plus tard, toujours aussi d’actualité. Et pourtant, malgré tous ses atours sinistres, l’histoire sensationnelle finit par paraître un peu sèche – et nous ne saurons jamais exactement ce que cachait cette importante famille.

Polchin refuse diplomatiquement de prendre position sur ce qu’il pense réellement s’être passé. « Nous devons spéculer, lire entre les lignes, rassembler les faits connus et élaborer nos propres théories », écrit-il.

L’auteur postule que l’affaire aurait pu contribuer à inspirer « The Great Gatsby ». Intéressant à méditer, mais pour le lecteur, quelque peu insatisfaisant. Les recherches de Polchin sont certainement approfondies et il est un guide sympathique et compétent de cette époque. En fin de compte, cependant, j’avais envie d’opinions plus fermes et de quelques conclusions.

Polchin donne le dernier mot à F. Scott Fitzgerald, citant « Gatsby » : « Ils ont brisé des choses et des créatures, puis se sont repliés sur leur argent ou leur grande insouciance, ou quoi que ce soit qui les maintenait ensemble, et ont laissé d'autres personnes nettoyer. le gâchis qu’ils avaient fait. Bien sûr, mais qu’en pense l’auteur ?

A lire également