Critique de livre : Meilleurs romans graphiques de juin

Critique de livre : Meilleurs romans graphiques de juin

Bien qu’elle soit habituellement servie froide, la vengeance est un plat étonnamment polyvalent. Prenez, par exemple, Garth Ennis et Jacen Burrows, un hybride crime/horreur macabre avec beaucoup de choses en tête. Notre héroïne, Amy Sun, est une détective de la police de New York et une enquêteuse réticente sur le suicide suspect d'une jeune femme récemment secourue par le chef chauvin d'une unité tactique décorée.

C'est une configuration que l'on pourrait attendre d'un roman français de Tana, mais Ennis et Burrows, qui adorent tester la tolérance de leurs lecteurs aux viscères, se dirigent vers un territoire bien plus sauvage. Les deux hommes ont souvent travaillé ensemble, parfois sur les bandes dessinées « Punisher » de Marvel et parfois sur leur propre série de zombies incroyablement sanglante, « Crossed », mais ici ils s'intéressent à des sujets qui ne conviennent ni à l'un ni à l'autre : le problème de la misogynie, et le danger de corruption policière à la suite des manifestations généralisées contre la brutalité en 2020. Dans ce mélange volatile, Ennis et Burrows ont plongé Bella Rhinebeck, une victime de meurtre, et son patron posthume, un être monstrueux difficile à décrire, pas même après l'avoir vu en action dans le livre. Le dialogue tout au long de « The Ribbon Queen » est pointu et contemporain, et les rendus de Burrows sont soigneusement détaillés et réalistes. Les frayeurs surnaturelles du livre sont d’autant plus effrayantes en raison du contraste.

Que signifie vivre de manière indépendante, ou même bien vivre ? Telles sont les questions qui animent Sig Burwash, un nouveau roman graphique remarquable sur un jeune bûcheron nommé Drew qui mène une vie riche et fantastique en tant que cow-boy brandissant une tronçonneuse tout en faisant face aux exigences logistiques propres à une femme qui veut vivre seule. dans les bois, avec son chien, Pony, et personne d'autre. (Vera est le nom inscrit sur le côté de la moto de Drew, qui se transforme en cheval orange dans ses rêveries.)

Burwash, qui utilise leurs pronoms, donne à l'art du livre une belle personnalité. C'est étonnamment plastique ; Parfois, leurs rendus de Drew et de ses environs sont de simples contours, parfois les images sont dessinées d'une telle hauteur qu'elles ressemblent presque à des cartes de la forêt où vit Drew, et parfois quelques pages auront un aspect délibérément caricatural.

L'essentiel de ce livre est la juxtaposition par Burwash de plans de construction et de guides d'entretien des outils avec les rouages ​​de la vie dans le corps d'une jeune femme dans un monde dominé par des hommes avec des dessins dessus. Drew ne veut pas vivre sous la coupe de ces petits tyrans omniprésents, qui veulent tous lui faire la leçon sur l'utilisation d'une tronçonneuse. Se tailler une place dans le monde – dans tous les sens du terme – nécessite une dévotion ciblée à l’artisanat, ce que Burwash démontre également.

Les moyens de transport à deux roues et l'indépendance personnelle sont également les sujets de , un mémoire elliptique et amusant qui semble d'abord porter sur les relations amoureuses de l'artiste colombien-équatorien, puis qui se dirige vers un examen de conscience plus ciblé. Powerpaola dessine le livre avec des couleurs limitées – il y a des éclairs jaunes et rouges aux moments importants – et elle structure le livre avec une précision admirable. Une séquence surréaliste, montrant l'auteur-narratrice portant un collier jaune alors qu'elle regarde dans une bouche d'égout avec un alligator au fond, suggère que les images partagées dans le reste des vignettes du livre peuvent changer de sens à mesure que l'histoire avance.

En collectant ces images, Powerpaola trouve de nouvelles façons de nous surprendre. La première phrase de son narrateur est « Je ne sais pas comment terminer cette bande dessinée », mais le livre se termine sur une note d'un hasard si parfait que cela semble impossible. Elle pourrait nous mentir ; cela pourrait aussi simplement être à quoi ressemble la vie, parfois, merveilleusement.

Même si l’on écarte l’idée selon laquelle l’IA générative enlèverait du travail à des génies inimitables, que deviendront nos précieux hacks ? , rend cette question encore plus urgente. Web of Horror était un magazine d'anthologie de bandes dessinées effrayantes en noir et blanc publié par Robert C. Sproul's Major Magazines en 1969. Dans l'un des essais d'introduction de cette collection de réimpressions, le co-créateur du magazine, Clark Dimond, dit que Le livre a agacé James Warren, qui avait adapté la formule de l'anthologie d'horreur d'EC Comics aux magazines après qu'un conseil de censure soutenu par le Congrès ait rendu les bandes dessinées d'horreur fonctionnellement illégales dans les années 1950. De quel droit Sproul avait-il piraté une formule qu'il avait arrachée équitablement ? Compte tenu de la qualité de l’art ici, nous devrions tous lui en être reconnaissants.

« The Complete Web of Horror » ne se distingue pas par son format ou son sujet, mais par le sens du talent dont font preuve Dimond et son éditeur, le brillant auteur de nouvelles de science-fiction Terry Bisson, décédé en janvier. Les histoires sont fermement ancrées dans la tradition EC – parfois verbeuses, agréablement horribles, souvent étonnamment intelligentes – mais l’art est nouveau et surprenant, vous sautant dessus comme le font les meilleurs croque-mitaines.

A lire également