Stephen King, Bonnie Garmus et d'autres écrivains parlent de leurs livres préférés

Stephen King, Bonnie Garmus et d'autres écrivains parlent de leurs livres préférés

Les livres qui m’enthousiasment le plus sont ceux qui sont méticuleux dans leurs recherches, mais qui changent radicalement ma façon de voir le monde. Plusieurs de mes dix choix ont eu cet effet : celui d’Hallie Rubenhold a détourné mon attention du mystère fastidieux de Jack l’Éventreur (qui s’en soucie ?), pour explorer la vie pleine et fascinante de cinq femmes réelles qui sont devenues ses victimes. Celui de Timothy Snyder a déplacé mon idée de l’histoire européenne du XXe siècle vers plusieurs pays de l’Est, modifiant l’histoire centrée sur l’Occident que j’avais apprise à l’école. Le plus radical de tous a été le brillant premier livre d’Ed Yong, This undoed my supposing that I’m a single, defined “moi”. J’ai appris que je suis une grande communauté tourbillonnante de microbes, changeant souvent de place avec ceux des autres tourbillons de microbes autour de moi. Ce n’est pas seulement un oiseau que je vois voler, mais un ensemble de « milliards de microbes » emplumés. Si je touche un pangolin (ne demandez pas), d'innombrables êtres minuscules se déplacent d'un « radeau en forme humaine » à un autre en forme de pangolin. Après avoir lu ce livre glorieusement spirituel et visionnaire, je n'ai plus jamais été tout à fait la même personne — je veux dire le même radeau de microbes.

Daniel Woodrell est peut-être le plus grand écrivain américain vivant, et il vous montre pourquoi. Ce roman, qui raconte la quête d'une jeune femme à travers les montagnes Ozarks, ravagées par la pauvreté, risque d'être alourdi par le chagrin et la violence stupéfiante de son univers. Mais il est au contraire lumineux, chaque page frissonnant d'émotion, de mystère et d'une humanité parfaitement rendue. Et personne n'écrit une phrase comme Woodrell : il peut vous faire haleter, pleurer, souffrir. Un véritable maître encore au sommet de ses pouvoirs.

Il m'arrive de proposer le roman de Julie Otsuka à des amis intelligents en leur disant : « Ce roman n'a ni intrigue ni personnages, et vous allez l'adorer. » C'est une sous-estimation du livre, mais je ne sais pas quelle description lui rendrait justice. Je pourrais dire qu'il parle de « mariées par correspondance » japonaises dans la Californie du début des années 1900 ; je pourrais dire qu'il est propulsif, sui generis et terriblement lyrique ; je pourrais dire qu'Otsuka écrit comme personne d'autre. Ou je pourrais simplement vous le proposer, ce qui semble bien fonctionner.

J'ai lu pour la première fois le livre d'Adania Shibli Pendant la pandémie, alors que je vivais en Angleterre. Pendant des mois, j’ai insisté auprès de tous ceux que je connaissais. La combinaison d’horreur et de retenue, la précision de la prose, le détournement narratif, les nombreuses erreurs d’interprétation, la structure dyadique… J’ai pensé que c’était un roman parfaitement exécuté, comme je n’en avais jamais lu auparavant. Le livre est hanté par la violence, à la fois un acte de violence historique et aigu, ainsi que par des descriptions directes de la violence lente, des détails quotidiens de la vie sous occupation en Palestine. Puis bien sûr, à l’automne 2023, la décision lâche a été prise d’annuler une cérémonie de remise de prix prévue pour célébrer le livre et l’auteur à la Foire du livre de Francfort, ce qui m’a incité à relire le roman. De nombreux livres suscitent la controverse, et pour diverses raisons, mais les livres eux-mêmes sont rarement des chefs-d’œuvre. « Minor Detail » a suscité une controverse temporaire ; c’est aussi un chef-d’œuvre durable.

TomPerrotta et moi partageons non seulement la même année de naissance, mais aussi une fascination agnostique pour la foi (c'est lui le véritable agnostique ; je coche moi-même la case athée). Quand je lis ses romans, je sais que je suis en présence de quelqu'un qui a de vraies questions et qui a le courage de les poser.

A lire également