Shay Youngblood, auteur et dramaturge noir influent, décède à 64 ans

Shay Youngblood, auteur et dramaturge noir influent, décède à 64 ans

Shay Youngblood, romancière et dramaturge dont les œuvres sur son éducation au sein d'une cohorte de « Big Mamas » pratiquantes et ses aventures à Paris en tant que jeune écrivaine en herbe ont inspiré toute une génération de jeunes femmes noires, est décédée le 11 juin au domicile d'une amie, Kelley Alexander, à Peachtree City, en Géorgie. Elle avait 64 ans.

Mme Alexander a déclaré que la cause était un cancer des ovaires.

Mme Youngblood, dont la mère est décédée quand elle avait 2 ans et dont le père n'était pas dans sa vie, a grandi dans un ensemble de logements à Columbus, en Géorgie, où elle a été élevée par sa grand-mère maternelle et son arrière-grand-mère, ainsi que par un cercle proche de remplaçantes maternelles excentriques et adoratrices.

Les Big Mamas — stoïques, arthritiques et sages — avaient beaucoup à transmettre au jeune Shay : leur vision sombre de la plupart des hommes, leur amour de la musique, de la danse et de l’église, leur humour souvent grossier, leur résistance digne et puissante aux indignités et aux horreurs que leur infligeaient les employeurs blancs racistes pour lesquels elles travaillaient comme bonnes.

Mme Youngblood a déclaré qu'elle priait souvent pour que sa mère revienne, mais qu'en grandissant, elle avait apprécié la richesse de son éducation et avait transformé cette expérience en son premier livre, « The Big Mama Stories » (1989), qui avant d'être publié a été adapté dans sa première pièce, « Shakin' the Mess Outta Misery ». Produite pour la première fois par la Horizon Theater Company d'Atlanta en 1988, elle a depuis été jouée dans le monde entier, dans des écoles et des théâtres locaux.

« Le simple fait de se concentrer sur les histoires de femmes noires, sans pratiquement aucune référence aux hommes (blancs ou noirs) de leur vie, est en soi un acte de résistance », a écrit Kerry Reid dans une critique pour le Chicago Tribune lors de la production de « Shakin' the Mess Outta Misery » à Chicago en 2017, 20 ans après sa première représentation dans cette ville. « Et les femmes que nous rencontrons dans le jeu de mémoire avec la musique de Youngblood, féroce, drôle et finalement plein d'espoir, pourraient vous donner envie de sauter au moment du rappel et de leur demander à toutes de se présenter aux élections. »

Lisa Adler, codirectrice artistique de longue date d'Horizon, se souvient que lorsque Mme Youngblood lui a donné la pièce dans sa forme brute originale au début des années 1980, alors qu'elles avaient toutes les deux une vingtaine d'années, elle a pensé : « Ce n'est pas vraiment une pièce de théâtre, mais c'est quelque chose. Je dois faire quelque chose ! » Elle a réuni la réalisatrice Glenda Dickerson et les dramaturges Gayle Austin et Isabelle Bagshaw, et ensemble, elles ont façonné l'œuvre.

Lorsque Sidney Poitier a choisi de réaliser le film « Shakin' », Mme Youngblood a utilisé l'argent pour suivre des études supérieures à l'université Brown, où elle a étudié avec la dramaturge Paula Vogel et a obtenu une maîtrise en écriture créative en 1993. (Le film n'a jamais été réalisé.)

« Le monde des écrivaines noires est particulièrement restreint, et celui des écrivaines homosexuelles noires est encore plus restreint, donc nous nous connaissons depuis longtemps », a déclaré Jacqueline Woodson, auteure, romancière et poète pour enfants, à propos de Mme Youngblood. « Mais « Shakin' the Mess Outta Misery » a été la première œuvre d'elle que j'ai lue, et j'en suis tombée amoureuse.

« C’est une célébration », a-t-elle poursuivi, « de tant de choses sur ce que signifie être la fille – ou la nièce, la cousine ou la petite-fille – d’une femme noire, et cela me fait penser au Dr Rudine Sims Bishop » – une chercheuse connue pour ses travaux sur la littérature jeunesse multiculturelle – « qui a dit que les gens ont besoin de miroirs et de fenêtres dans leur littérature. Des miroirs pour qu’ils puissent se reconnaître. Et des fenêtres pour qu’ils puissent voir dans des mondes qu’ils n’auraient jamais pu imaginer autrement. « Shakin » était ce miroir de moi-même dans le monde d’une manière plus grande. »

L’artiste, metteur en scène et dramaturge Daniel Alexander Jones, qui s’est lié d’amitié avec Mme Youngblood à Brown (et qui a aidé à mettre en scène « Shakin' » à Austin, au Texas, en 1997), se souvient avoir été frappé par une autre pièce écrite par Mme Youngblood, « Black Power Barbie », à propos d’un frère et d’une sœur, tous deux homosexuels, dont les parents étaient des Black Panthers assassinés. La pièce a été réimaginée par Mme Youngblood sous forme de roman graphique en 2013.

« C’était une plongée dans l’univers queer des Noirs », a déclaré M. Jones dans une interview. « Elle a mis en scène de magnifiques scènes d’amour, et c’était un moment rare pour voir l’intimité des Noirs queer. » (Mme Youngblood a écrit la pièce au début des années 1990.)

« Elle nous a vraiment fait partager notre intégralité sur scène », a-t-il ajouté. « Elle préfigurait la fluidité et la multiplicité de l’identité. Son travail est bien plus radical qu’il n’y paraît à première vue. Il est radical parce qu’il s’agit d’aliments entiers. »

Sharon Ellen Youngblood est née le 16 octobre 1959 à Columbus, fille unique de Mary Lee Kemp et de Lonnie Willis Crosby. Son nom de famille, a déclaré Mme Alexander, vient du mari de l'une de ses mères.

Mme Youngblood a obtenu une licence en communication à l'université Clark d'Atlanta, après quoi elle a rejoint le Peace Corps et a travaillé pendant deux ans comme chargée d'information agricole à la Dominique. Elle est ensuite retournée à Atlanta, où elle a travaillé pendant un certain temps chez Charis Books & More, l'une des plus anciennes librairies féministes du pays, où elle a fait ses débuts en tant qu'écrivaine.

La fondatrice du magasin, Linda Bryant, l'a poussée à y organiser une lecture de poésie alors qu'elle avait une vingtaine d'années. Cette mission a terrifié Mme Youngblood, qui a tenté de s'enfuir alors même que le public commençait à s'installer. Mais elle a réussi à s'en sortir et elle a plus tard attribué à Mme Bryant le mérite d'avoir lancé sa carrière.

En 1997, elle publie son premier roman, Soul Kiss, qui raconte la quête d’une jeune fille pour retrouver son père qu’elle n’a jamais connu après la mort de sa mère. Mais c’est son deuxième roman, Black Girl in Paris (2000), qui devient une référence pour beaucoup. Il raconte l’histoire d’Eden, une femme du Sud de 26 ans en quête d’expérience à Paris pendant un été marqué par des attentats terroristes. Elle se sent précaire mais aussi libre, et elle se fait accompagner par un assortiment de mentors quelque peu douteux. Elle dresse des cartes de la ville, pour noter ses itinéraires sûrs, mais aussi pour repérer les habitats et les lieux de prédilection des artistes noirs qui l’ont précédée, notamment James Baldwin.

C'est un Baedeker glissé dans un roman-mémoire – Mme Youngblood, comme son protagoniste, a voyagé à Paris au milieu de la vingtaine et a travaillé comme fille au pair et modèle d'artiste – épicé de réalisme magique et parsemé de recettes et de modes d'emploi.

Dans une critique pour le Los Angeles Times, la romancière Paula L. Woods a salué « l'érotisme, la sexualité changeante et l'imagerie vivante » du roman, ainsi que ses recettes de tarte Tatin et de gratin dauphinois, le qualifiant de « portrait engageant et imprévisible d'une artiste en jeune fille noire ».

Mme Youngblood est également l'auteure de deux livres illustrés pour enfants, « Mama's Home » (2022) et « A Family Prayer » (2023). Entre autres distinctions, elle a remporté un prix Pushcart de fiction pour « Born With Religion », l'une des nouvelles de « The Big Mama Stories », ainsi qu'un prix Lorraine Hansberry Playwriting Award en 1993 pour « Talking Bones » et plusieurs prix NAACP pour ses pièces, dont « Square Blues », sur trois générations d'activistes, mise en scène par Horizon en 2022.

« Black Girl in Paris » est en cours de développement au cinéma par Natalie Baszile, dont le roman « Queen Sugar » a été adapté à la télévision, et sa fille, Hyacinth Parker. Au moment de sa mort, Mme Youngblood travaillait sur un livre sur sa mère.

Aucun membre de la famille immédiate n'a survécu. Le mariage de Mme Youngblood avec Annette Lawrence, en 2010, s'est terminé par un divorce en 2020.

« Avant de quitter la maison, j'ai coupé mes cheveux au ras du crâne pour pouvoir être une femme libre avec des pensées libres, ouverte à toutes les possibilités », a écrit Mme Youngblood dans « Black Girl in Paris ». « Je faisais une carte du monde. Dans l'Antiquité, les cartes étaient faites pour aider les gens à trouver de la nourriture, de l'eau et le chemin du retour. J'avais besoin d'une carte pour m'aider à trouver l'amour et la langue, et comme il n'en existait pas, j'ai dû en inventer une, en suivant les traces et les signes laissés par d'autres voyageurs.

« Je ne savais pas ce que je voulais être, mais je savais que je voulais être le genre de femme audacieuse, qui prend des risques et qui vit des aventures. »

A lire également