Les meilleures nouvelles lectures de plage de l'été

Les meilleures nouvelles lectures de plage de l'été

Il n'y a pas si longtemps, on pouvait flâner sur une plage et puiser des idées pour son prochain livre : les baigneurs tenaient des livres à couverture rigide dans leurs mains, les nageurs laissaient leurs livres de poche face cachée sur des serviettes. Le littoral était une vitrine de librairie à ciel ouvert, une aubaine pour feuilleter qui menait directement à l'emprunt ou à l'achat de votre prochain livre. Bien sûr, il fallait acheter un cornet de glace lors de cette expédition, et peut-être un kilo de caramel.

Les livres sur écran présentent certains avantages (vous n’avez pas besoin de mettre de chaussures avant d’en acheter un, par exemple), mais ils réduisent également le voyeurisme littéraire à la plage (ou à la piscine, au lac ou partout où vous vous étalez lors des journées chaudes).

Épargnez-vous les yeux plissés cet été. Il y a fort à parier que l’un de ces romans sera affiché sur un écran près de chez vous – ou mieux encore, qu’il apparaîtra en vrai, sa couverture visible à tous.

Si vous introduisiez tous les ingrédients d'une lecture de plage dans l'IA, elle pourrait produire une version moindre de la copieuse histoire de Michael Callahan. La recette comprend une paire de sœurs, une réserve de correspondance mystérieuse, un charmant cottage en bord de mer, une généreuse dose de glamour hollywoodien d'antan et un pêcheur sexy qui s'avère être secrètement riche.

Comme beaucoup de ses prédécesseurs, « Les Lettres perdues » se déroule sur deux lignes temporelles. D'une part, nous avons Kit, une jeune productrice de télévision qui tombe sur le scoop de sa vie en nettoyant la maison de sa grand-mère ; d'autre part, il y a Mercy Welles, une starlette montante qui a abandonné le cinéma aussi vite qu'elle y est arrivée. Il était assez facile de comprendre comment les chemins des femmes allaient converger, et j'admets avoir un léger penchant pour l'histoire de Mercy. Si vous cherchez une petite escapade à Martha's Vineyard, voici votre billet.

La première partie du roman d'Alison Espach se déroule dans le hall du Cornwall Inn à Newport, Rhode Island. Phoebe Stone est là, seule, sans bagages, après avoir laissé son mari à St. Louis pour, disons, régler certaines choses. Tout le monde est arrivé pour un mariage, et ils ont les sacs cadeaux pour le prouver. Nous sommes tout de suite plongés dans une collision d'événements de vie diamétralement opposés et de drame général, comme nous n'en avons pas vu depuis « Seating Arrangements » de Maggie Shipstead. Comment le plan de Phoebe affectera-t-il le mariage ? Comment ces étrangers brillants, heureux et compliqués – et une mariée insistante – changeront-ils son avenir ?

Espach a le sens de l'humour, de l'engagement personnel et du pathétique. Elle nous rappelle, comme le fait Amanda Eyre Ward dans « Lovers and Liars », une autre contribution digne de ce nom à la comédie de mariage fictive de la saison, que « l'amour était un fil invisible, qui les reliait toujours ». La question de savoir à qui ce fil s'attache est au cœur de ce roman, comme c'est souvent le cas dans la vie.

Je comprends que vous ayez envie de vous déconnecter du travail pendant vos vacances. N'hésitez pas à envoyer le message d'absence le moins amical et le plus passif-agressif possible pendant votre absence. Mais ne sous-estimons pas la joie malsaine que procure le fait de plonger dans une fiction de bureau à distance, un jour où vous n'avez pas été réveillé par une alarme.

Natalie Sue fait preuve d'un sens aigu de la performance dans ce domaine, apportant une touche amusante à la misère des bureaux à cloisons. Jolene Smith serre les dents dans son rôle de « technicienne administrative » peu appréciée chez Supershops Inc. lorsqu'elle acquiert un super pouvoir inattendu : elle peut voir les e-mails et les messages directs envoyés par tous les membres de son service, même s'ils ne lui sont pas destinés. C'est une copie cachée qui a pris des proportions démesurées !

Soudain, Jolene en sait trop sur la précarité de son propre emploi et sur les secrets qui se cachent derrière la fausse politesse de ses collègues. Mais c'est la pitié qui est le pire : « Je me sens mal pour Jolene », écrit Armin, « un type qui a un jour réchauffé un hot-dog de la veille (petit pain, ketchup et tout) » dans le four grille-pain du bureau. Et puis il y a Caitlin, l'ennemie tatillonne de Jolene, qui fait passer Angela pour une chérie dans « The Office ».

Sue prend un concept intelligent et augmente les enjeux tout en « mettant en lumière », comme aiment à le dire les gens d’entreprise, les plantes poussiéreuses, les gâteaux d’anniversaire disgracieux et la politique du papier d’imprimante qui pèsent lourd dans la vie quotidienne.

Nous pouvons pardonner à Abraham Chang d'avoir implanté un vers d'oreille de « The Last Worthless Evening » de Don Henley sur la première page de son festival de nostalgie de la génération X. Et c'est dire quelque chose.

Le jeune Wang est, pour citer Judd Nelson dans « The Breakfast Club », un « néo maxi zoom dweebie » du plus haut niveau. Il aborde la culture pop comme une science. Tiffany et Debbie Gibson sourient depuis les murs de sa chambre. Il est un étudiant de son époque, qui commence, pour le lecteur, en 1995, et remonte rapidement jusqu'aux années 80. (Bien sûr, il existe des mix tapes.)

Seuls les auteurs les plus doués peuvent réussir à utiliser la deuxième personne sans paraître présomptueux — « On ne sait pas vraiment pourquoi George Lucas n’a pas choisi Dark Vador et les « sauveteurs » — c’est tellement vrai ! — et Chang en fait partie. L’intrigue de « 888 » a mis un peu plus de temps à prendre forme : Young tombe amoureux d’Erena, dont les dialogues rappellent le personnage de Michelle Williams dans « Dawson’s Creek » (intelligent au maximum). S’agit-il de la sixième grande histoire d’amour de Young, ou de son numéro porte-bonheur numéro sept — comme dans le système numérique de son oncle ? La réponse ne peut être révélée qu’en examinant les cinq premières relations de Young.

Le roman d'Emily Giffin parle d'un groupe d'amis, ce qui est toujours une situation infaillible, à mon avis. Et le groupe d'amis comprend, écoutez bien, un hommequi ne devrait pas être aussi remarquable qu'il l'est sur Planet Beach Read. La coquille au sommet de ce château de sable est la tournée de retrouvailles, une décennie après l'université, inspirée par une promesse de longue date de se tourner les uns vers les autres en cas de besoin.

Ce qui m’amène à l’idée derrière le soi-disant pacte d’été et à l’avertissement qui figure au début du livre. Il était une fois une quatrième amie dans le groupe : Summer, une coureuse et aspirante médecin de Naperville, dans l’Illinois, qui met fin à ses jours dans le prologue. Son absence jette une ombre sur le livre – et, bien sûr, sur Hannah, Lainey et Tyson. Ils racontent à tour de rôle leur voyage sur l’île italienne de Capri, où la fin de l’histoire peut ou non les attendre.

« The Summer Pact » est plus ensoleillé que je ne le laisse entendre. Mais si les fondations sur lesquelles il est construit ressemblent trop à des sables mouvants, « Reunion » d'Elise Juska est une alternative solide. Également nouveau, avec également un groupe d'amis mixtes, et les circonstances du pèlerinage ne sont pas aussi tendues.

A lire également