Entretien avec le poète Frederick Seidel, auteur de « Et alors »

Entretien avec le poète Frederick Seidel, auteur de « Et alors »

Je suppose que le « Théâtre du Sabbat » de Philip Roth. Mon préféré de ses romans, une œuvre de génie. Je ne suis pas un grand lecteur-rieur.

«Les poèmes rassemblés de Delmore Schwartz» m'a rendu furieux à l'idée de sa vie tragique. Les premiers poèmes sont merveilleux, et combien de problèmes il y a avec le reste énorme du livre. Un homme si doué et une vie si terrible.

J'aime Michael Hofmann, Nick Cave et Anne Carson. Il n'est pas vivant mais j'apprécie le travail de John Ashbery, sa dérive, son influence et sa musique. A part ça, j'ai tendance à remonter le temps – je suis un grand admirateur de Mandelstam et de Montale. DH Lawrence, l'auteur de l'étonnante nouvelle « St. Mawr », est un très bon poète que j'admire, et qui est rarement mentionné pour sa poésie. Les poèmes de lieux et de paysages ont une vivacité, une astringence et une vie très agréables.

Je lis désormais beaucoup moins de romans. Un accent sur la poésie, ancienne et contemporaine. J'ai relu Montale, dans l'excellente traduction de Jonathan Galassi. J'ai lu le Milton des sonnets. Virgile et Catulle. Sappho. « Cathay » d'Ezra Pound. Robert Frost et Apollinaire. Et bien sûr, le Freud collecté.

Je pense que c'est un artiste merveilleux et un homme merveilleux. Je l'aime personnellement et j'admire son travail. J'étais à son dernier concert au Beacon Theatre de New York, ce qui était remarquable, comme le sont toutes ses performances. J'ai ensuite vu une vidéo de lui dans le bar du Claridge's à Londres, donnant une performance impromptue devant les gens surpris, visiblement très émus, qui ne s'attendaient pas à entendre Nick Cave, mais qui ont eu droit à cela. C'est un merveilleux chanteur et le matériel qu'il utilise pour les chansons est puissamment émouvant, impliquant ses propres pertes personnelles et son drame. Je ne pourrais pas être plus admiratif.

A lire également